Le commissariat en ligne

29 sept. 2006

Contre l'irresponsabilité et la falsification

C'est le coeur gros que je me vois contraint de me mettre aujourd'hui à mon clavier pour rétablir des faits qui se sont déroulés cet été. Le coeur gros non seulement parce que j'ai été lâchement attaqué, mais surtout parce que cette attaque vient de l'intérieur, d'un espace symbolique que je croyais à l'abri de la bassesse humaine, du saint des saints de la droiture morale avant ce malheureux épisode, de notre cher commissariat où désormais rien ne sera plus comme avant.
Sans doute est-ce le souvenir qui m'a aveuglé, le souvenir d'une rencontre racontée dans le tout premier message de ce blog. C'est d'autant plus douloureux.
On n'écoute jamais assez ses maîtres. Comme le disait le grand professeur de sociologie politique Jacques Lagroye lorsque j'avais la chance d'assister à ses merveilleux cours dans un amphithéâtre parisien, "on est ce que l'on vit". C'est dire si j'aurais du me méfier du Chef BonCako, ci-devant ancien apôtre du service public colbertiste passé dans le camp néolibéral du grand capital, concepteur de plans sociaux dans le civil et mercenaire ambitieux d'un milieu politique dont il semble avoir adopté les moeurs traitresses bien connues et néanmoins répugnantes.
Voici donc ma réponse au fallacieux tissu de mensonges qu'il présente come la véritable histoire de l'ascencion de l'aiguille de Charlanon le 11 août de l'année 2006.
N'hésitant pas à prendre Dieu à témoin, se croyant couvert par une foi qu'il aime à proclamer mais qu'il ne revendique que pour des raisons  électorales, le CBC 49 (qui a grand tort de ne pas plus se méfier de Dieu qui, c'est bien connu, reconnaîtra les siens) affirme que la course qu'il nous a proposée était je cite : "facile", du tout public, quoi!
Evidemment, étant le seul détenteur du fameux topo-guide et donc du savoir, il lui était facile de nous cacher le niveau de difficulté réel de ce qu'il appelle "une balade. Pourtant, une petite recherche sur internet permet de découvrir la vrai nature d'un sommet sur le chemin duquel rôde la mort au détour de chaque cairn. En voici la preuve avec ce site dont la page d'accueil fait froid dans le dos.
inmemoriam

C'est avec intérêt que nous aurions pris connaissance de ceci avant d'accepter, difficilement c'est vrai, le principe de cette journée en montagne qui allait s'avérer être une véritable journée en enfer (j'y viens, ne vous inquiétez pas). Mais le CBC 49, avait-il une idée derrière la tête, a soigneusement attendu que nous soyons au pied de la difficulté, loin de tout moyen de communication moderne, avant de la désigner.
Le CBC 49 parle, je cite encore, de mon attitude décontractée. Une fréquentation trop assidue des femmes publiques lui auront sans doute fait penser que lorsque quelqu'un montre son cul, c'est forcément une invitation à faire la bête à deux dos. Chacun d'entre nous sait bien qu'il peut aussi s'agir d'un forme de défi, et même, le plus souvent de défiance. Pour rétablir la vérité, je vous invite a observer le cliché suivant, qui en dit beaucoup plus sur mon réel état d'esprit. 

IMG_3292

L'abominable homme des montagnes ose ensuite évoquer mon attitude désinvolte et affirme sans se démonter que je chevauche littéralement le vide. On aura tout lu. J'aurais pour ma part, une interprétation toute différente du cliché. J'y vois plutôt un ABG crispé et je dirais même terrorisé, tentant de progresser centimètre par centimètre, le cul par terre afin de maximiser sa stabilité dans une zone de danger extrème.  Une certaine éducation, ainsi que la volonté de vous épargner des nuits de cauchemar m'empêche de reproduire ici, la photo que j'ai prise de mon caleçon au soir de cette mortelle randonnée.

Enfin, cet assassin en puissance, on se demande d'ailleurs si son but n'était pas de faire le vide autour de lui en provoquant un accident pour prendre le pouvoir au commissariat, nous prétend lui et moi unis comme les doigts de la main. Le CBC 22 m'est témoin, une fois passés les clochetons de Planpraz, l'immonde personnage n'a dû qu'à une distance respectable entre nous de ne ne pas se faire briser le nez et les dents après avoir menacé de suivre son propre chemin et de nous abandonner dans ce milieu particulièrement hostile. Vous noterez également, malgré des dénégations permanentes qui intéresseraient bien des psychanalystes, sa façon plus qu'équivoque de rechercher le contact physique, voire même la promiscuité. Qui osera alors me reprocher de fumer une tige pour atténuer un stress post-traumatique bien réel ? Qui ne saluera pas en revanche, l'indéniable self-control dont je fis preuve pour ne pas utiliser son oeil moqueur comme cendrier ?

Mais dans la vie, on finit toujours par se retrouver face à ses responsabilités, comme le dit un jour François Fillon à Daniel Cohn-Bendit. Les échos de cette journée en enfer ont résonné dans toute la vallée de Chamonix. Car nous n'étions pas seuls là-haut. Nous croisâmes quelques randonneurs surpris, voire outrés des conditions d'impréparation d'insécurité totale de ce raid fou. Quelques soldats du 43ème BCA de Chambéry m'ont même proposé de mettre ce paltoquet aux arrêts de rigueur. Faiblesse passagère, je les en ai dissuadés. Car malgré la peur, malgré la souffrance, malgré la déception personnelle, j'étais prêt à faire mienne l'une des nombreuses devises de circonstance du CBC 49. "Toujours pardonne. Jamais n'oublie". Voyez comme je suis clément.

Malheureusement pour lui, d'autres le sont moins que moi. Et les vantardises du CBC 49 sur le réseau mondial sont arrivées jusqu'aux oreilles de personnes que l'absence de morale révulsent. C'est ainsi qu'ayant eu vent de l'expédition, le très pieu Abou Rikakhd Al Eviani, alpiniste chevronné, autrefois victorieux de voies aussi prestigieuses que la face nord des courtes, et aujourd'hui à la tête d'un réseau d'écoles coraniques clandestines situées dans les endroits les plus inaccessibles de la Haute-Savoie, a fait diffuser le message audio suivant un peu partout :

AbouRikakhdAlEviani

Comme vous, je croyais, sur la foi des informations d'un quotidien de l'Est de la France, que l'Emir de la vallée verte avait eu son compte, à la faveur d'une trop forte ingestion de fendant. Mais ces gars là sont fait d'un autre bois que nous.
Je n'ai pas voulu cela, mais n'est-il pas juste, au final, que le CBC 49, à son tour, vive dans la peur ?

Posté par adjudantbg à 21:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


28 sept. 2006

Cham! Cham! Cham! Chamois d'or!

Le chef Boncako affirme que les chamois c'était pas du bidon. Comme d'habitude, il ment. Il s'agissait enfait d'une équipe de tournage habilement déguisée et appointée par ses soins. L'objectif secret du CBC, que nous avons découvert, est bassement mercantile. Le blockbuster avec lequel il compte se faire un nom et une fortune conséquente sur le dos du commissariat, est en cours de post-production. Des agents infiltrés dans le milieu médiatique et "culturel" parisien ont pu s'en procurer les premières images. Bien que très légèrement romancé, ce film montre assez précisément ce qui s'est vraiment passé la haut. En voici le synopsis :

2006. Le commissariat est envoyé en randonnée. Objectif : escalader l'aiguille de Charlanon, 2549 mètres, au coeur des Aiguilles Rouges ! Rien ne se passe comme prévu. Perdus dans des gorges abruptes, ils sont confrontés au froid, à la faim et à la peur...

Clic...

Posté par adjudantbg à 19:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 sept. 2006

Aiguilles rouges : les photos qui disent la vérité

A lire le commentaire de l'ABG, on pense tout de suite : "rouge sang les aiguilles ... il a du en chier !".

Et pourtant, Dieu m'est témoin, le topo annonce une balade classée "facile", du tout public quoi !

Et de fait, comment ne pas penser que l'ABG exagère : voyez son attitude décontractée au sommet (photo 1, regardez bien !) :

P1000972

Voyez aussi l'attitude désinvolte et le regard enjoué dudit ABG soit-disant sujet au vertige lorsqu'il chevauche littéralement le vide (photo 2 réalisée sans trucage) :

guit_chevauche

Enfin, voyez son air alerte et gouailleur devant le grand blanc :

P1000971

Contrairement à ses propos ombrageux, lui et moi, nous étions unis comme les doigts de la main ...

P1000974

ABG : tu n'échapperas pas à la prochaine virée. Tes subterfuges et autres prétendus vertiges ne trompent que toi !

PS : les chamois, c'était pas bidon
P1000977

Posté par CBC49 à 14:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 sept. 2006

1er de cordée

Devant l’apathie bloguesque de ces derniers temps troublés, on serait tentés de penser que le Commissariat est sur le point de péricliter, que ces membres gagnés par la sinistrose ambiante ont renoncé à ce désir qui les anime de marquer leur emprunte dans ce monde. Aussi, je vous propose le récit d’une récente épopée commissariale qui montrera aux esprits chagrins que derrière l’emphase sémantique de notre blog, il reste une amitié solide comme un roc, comme le rocher des ses aiguilles de Charnanon que 3 d’entre eux gravirent un certains 11 août 2006.

Chacun d’entre nous connaît l’importance des préliminaires et ceux qui ont marqué notre ascension ne laissait pas présagé une montée orgasmique. En effet, le CBC 22 se plaignait d’une avarie au niveau de son ménisque tandis que l’adjudant se plaignait tout court d’une épreuve qu’il aurait préféré éthylique qu’alpestre… Seul le CBC 49 serein physiquement et mentalement haranguait ses compères sur les bienfaits d’une randonnée, la qualité du site et la possibilité aussi de s’échapper à bon compte de nos 5 marmots pendant quelques heures….

6h00, le réveil retentit sous la mansarde du chalet douillet et l’ABG prend les choses en main : préparation des victuailles, aller-retour à la boulangerie, promenade canine…. Les megéviens une fois prêt, embarque dans un break suédois direction Combloux pour chercher le troisième larron, puis, le cap est mis sur Chamonix au son des  Sinsémilla qui achèvent de réveiller nos champions.

Devant l’entrée du téléphérique, quelques randonneurs encore tout gonflé de la nuit, un épi sur la tête et un reste de dentifrice sur la commissure des lèvres attendent patiemment que la vieille benne se mette en route. Après 30 minutes de ronronnement poussif, d’arrêt et de redémarrage, notre ascenseur pour l’enfer se met en route. Il s’en est fallu de peu que l’AGB nous convainque que devant cette avarie mécanique, nous pourrions transformés notre projet d’ascension en projet de descente ….. de consommation houblonnées ! Le Commissariat a cependant des valeurs, c’est du moins ce que rappelle le CBC 49 au peloton récalcitrant.

Les contraintes techniques passées, la montée vers les aiguilles peuvent commencer. L’ambiance est détendue, le Commissariat apprécie les premiers points de vue et se cale sur un rythme régulier et relativement soutenu

andy_4e558c452e0e_scaled_320_height

Rapidement, le sentier se rétrécit et présente quelques difficultés de franchissement. Les obstacles sont relativement mineurs mais nécessite, une certaine décontraction face au vide …. C’est là qu’on va dire qu'il y a eu comme un petit problème, car l'adjudant nous signale son vertige, d’abord posément afin de suggérer quelques conseils, puis chemin faisant de manière plus cru. Ainsi, le CBC 49 initiateur de l’ascension a commencé à se faire copieusement insulté d’irresponsable, de va-t-en-guerre, d’enculé et autres jolis compliments par notre adjudant blanc comme un linge réalisant également que le demi tour était désormais une option a écarter compte tenu de la topographie des lieux. C’est dans cette ambiance pour le moins contrastée que nos 3 membres arrivèrent au bout de leur effort dans un décor époustouflant, découvrant au détour d’une crète une famille de chamois, un lac de montagne, quelques névés… Au sommet, la tension nerveuse a baissé d’un cran, d’une part, nous y étions parvenu et nous avions tous 3 des motifs de grande satisfaction, l’un avait réussi à braver sa peur du vide, l’autre sentait que sa rotule ne l’avait pas laché et le 3ème se disait qu’il n’avait finalement pas eu tort d’insister pour y aller et pour y aller jusqu’au bout. Et puis surtout, une satisfaction commune, presque intangible, celle de se retrouver tous 3 au sommet, 3 amis qui ne se lâchent pas qui ne sont jamais lâchés et qui n’ont rien lâché. Pour ceux qui pensent que l’amitié a un sens, ces moments sont de ceux qui comptent, alors, nous avons pensé à nos 2 membres excusés, le PCTR et l’IDB.IMG_3278_1_

IMG_3283_1_

Je ne m’attarderai pas sur la descente qui fut, pour sa première partie, la continuité du chemin de croix de l’adjudant tant la notion d’équilibre dominait sur celle d’effort physique (car quoiqu'il en dise, l'ABG est en bonne forme). J’ai a ce titre appris deux nouveaux termes « aérien » et « ya du gaz !» (aucun rapport au fait que le CBC 22 avait également de légers problèmes d’air interne ….dû vraisemblablement à une sur-consommation de fondue).

Le dernier tronçon a réconcilié tout le monde du fait de sa facilité, d’un débat animé sur le Liban et du fait aussi qu’il signifiait que nous y étions arrivé. En conclusion, je dirais que cette petite ascension était à l’image du Commissariat : belle, poussive, gueularde, volontariste, soudée et un tantinet physique.

Le CBC, gazeux sans être aérien pour un sous.

Posté par commissairebc à 21:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 avr. 2006

Plus moyen de s'échapper

Le commissariat ne recule devant rien pour arrêter les malfaiteurs et se rendre aux meeting secrets. Z'êtes repérés par satellite maintenant. Pouvez toujours essayer de vous terrer, la brigade vous suit à la trace...
img_3190_1_1
NB : la photo de notre agent a été retouchée pour des raisons évidentes de sécurité

L'ABG, triangulé

Posté par adjudantbg à 20:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 avr. 2006

blog_24

Posté par vbobot à 18:34 - - Commentaires [8] - Permalien [#]