01 déc. 2005

Bon anniversaire, commissariat !

Il aura fallu que cette année pourrie touche à sa fin, pour que je m'aperçoive d'un oubli dont la gravité, j'en ai bien conscience, me fait risquer l'exclusion temporaire, sinon définitive et sans appel.
A l'heure où les premières neiges ont déjà blanchi nos contrées respectives, où les enfants ouvrent fébrilement la première case de leur calendrier de l'Avent, je viens très humblement implorer votre pardon.
Mais je sais que je peux compter sur votre mansuétude, eu égard au fait que le 28 août, date anniversaire du jour historique qui nous occupe, j'avais, vous le savez, d'autres chats à fouetter.
C'était donc il y a dix ans et des bananes, et contrairement à ces jours-ci, il devait faire plutôt muy calor, à Sokodé, Togo, ex-AOF.

Il devait bien transpirer, le commissaire Boncâve. Et il devait bien se faire chier, dans sa maison de maître à Kpangalam, en face le garage à Kader. Sans doute ressentait-il un peu de lassitude, ou alors de découragement devant l'ampleur de la tâche à laquelle il avait lui même souhaité participer. Bref, c'était encore loin, le développement de l'Afrique.
Plus proche en revanche, malgré la distance, étaient ses amis, ceux qu'il avait connus dans la froideur des steppes de l'est de la France. Et il pensait à eux, à ces parties de rigolade, le soir dans les estaminets houblonnants de la capitale alsacienne de la lointaine Europe.

C'est cette nostalgie, autant que le manque d'activité, particlièrement anxiogène chez lui, qui l'entraînèrent probablement vers sa table de travail. C'était décidé, il allait donner un cadre à cette fumeuse idée d'une brigade de la déconne. La déconne, oui, mais une brigade, c'est aussi de la rigueur, de la discipline. C'était pas le tout, mais si on se donnait des grades, il allait bien falloir assumer le côté campeurs en camionette bleue.

Il n'y avait pas si longtemps qu'il avait quitté les bancs de l'université, et le droit, il en rêvait encore la nuit. "Non, Pas Zoller !" hurlait-il parfois en se réveillant trempé de sueur. N'empêche, elle avait bien travaillé la Zoller. Elle avait peut-être été un peu loin dans ses méthode de lavage de cerveau hérités du vietnam et de la Corée du nord, mais le résultat était là. L'esprit juridique aussi. En voici la preuve, avec ces documents originaux exceptionnels et d'une valeur inestimable. Ce n'est pas sans joie, ni sans une certaine émotion, que je prends la responsabilité de les rendre accessibles à tous les internautes de la planète (et ça fait du monde). Qu'ils en prennent de la graine.

lettrecbc95ncpc1ncpc21ncpc31ncpc43

On ne saura sans doute jamais avec certitude en combien de temps tu as pondu ça, ni combien d'heures officiellement travaillées tu as détournées, mais je le crie à la face du monde :

"Honneur à toi, commissaire Boncâve, et merci"

Posté par adjudantbg à 08:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Bon anniversaire, commissariat !

    Tel le soleil dans le désert

    Mon adjudant
    tu as fait là oeuvre d'humanité et prouvé, si besoin était, ton entier dévouement à notre décenniale institution. Ainsi que ton indiscutable fonction de régénérateur, greffier, quartier-maître, secrétaire-général. Et j'en passe. Toi qui choises. Tout le monde opinera sans peine.
    (Peut-on opiner sans peine ? Je dis oui)
    Ce 28 août, en effet, aucun de nous ne l'a vu passer, hormis bibi peut-être,qui avait donné l'alarme ... un an à l'avance.
    Le Commissariat véhicule les valeurs qui donnent un sens à la vie, celles, inoxydables, qui survivent parfois même à l'amour : l'amitié, la solidarité, et la grosse déconne.
    Comme le stipulait finement le Commissaire voilà dix ans, il avait une autre fonction : se soutenir les uns les autres quand la vie déchire pas sa race.
    Depuis lors, nos avis ont parfois divergé sur ce sujet, les solidarités ont pu fluctuer - les amitiés, jamais. Toujours prenant le quart, au moindre coup de Trafalgar.
    Bon anniversaire, Commissariat. Grâce à l'ABG, ta charte fondatrice désormais fait partie du patrimoine mondial de l'humanité - pour la plus grande joie des Hommes.
    Continue de rayonner au firmament, par le truchement de tes membres, devenus plus mûrs, plus forts, plus cons aussi - c'est important.
    Ne reste plus qu'à célébrer ça dans un débit de boisson, pour une AG en bonne et due forme.
    J'ai dit.

    L'IdB, génuflexé.

    Posté par Inspecteurdb, 01 déc. 2005 à 09:50 | | Répondre
  • snif .....

    t'ain
    Dire que j'ai attendu 22h ce soir pour découvrir ce putain d'article ! Merci ABG de faire revivre les statuts avec tant d'emphase ! L'esprit est là, les lettres sont plus belles que jamais... tout y est, je suis donc ravi, ému, nostalgique,revigoré. Au delà de la déconne, si on ressort ces statuts au bout de 10 ans, ça veut dire que ça a un putain de sens dans nos vies !
    Je suis bluffé par le côté extrêment juridique du texte, c'est à peine si c'est marrant tellement, c'est rigide comme statut. Je crois comme le souligne l'inspecteur qu'il est urgent de réunir l'AG, de ressortir le texte, de les signer en se munissant si possible de son tampon et d'un boc de houblon fermenté. Parcequ'on sera toujours plus fort, plus drôle et plus con ensemble, il est de notre devoir à tous de se retirer les doigts du fion pour alimenter la flamme du Commissariat...
    CBC à jamais

    NB : Je proposerai bien l'ABG pour la prochaine présidence (après tout 2 ans c'est vite passé)
    NB² : En attendant et en tant que secrétaire géneral toujours provisoire, je vous convoquerai sous peu pour notre prochaine AG (après consultation des agendas respectifs)

    Posté par commissairebc, 01 déc. 2005 à 23:14 | | Répondre
  • Il aura pas été dit qu'on se sera déballonné

    Malgré moult déménagements et innombrables rebondissements, dix ans après, j'ai toujours précieusement sur une étagère derrière moi, le fameux tampon. Qui ressortira donc au moment approprié pour accomplir ce devoir en suspens. Signer les statuts.
    L'ordre de l'AG est donc tracé :
    - signature des status
    - candidature spontanée de l'ABG, sur dénonciation de tous les autres, au poste de secrétaire-général du Commissariat.

    Posté par Inspecteurdb, 02 déc. 2005 à 00:28 | | Répondre
Nouveau commentaire